Vous êtes ici

RCA: Les ex-Seleka proposent des solutions... pour la paix

Portrait de Nkubito
Soumis par Nkubito le dim, 03/12/2017 - 22:05

PROJET DU PROTOCOLE D’ENTENTE POLITIQUE

 

 

La région du nord-est, est une des plus défroissées des zones de la RCA et se caractérise entre autres par l’absence des structures administratives et socioéconomiques, l’absence d’infrastructures routières ; conséquences de l’inégalité de chance et l’inégalité dans la répartition des actions du développement.

Par cette injustice sociale des mouvements de révolte ont été organisés, qui n’avaient pour revendication que le développement socioéconomique de la région et la réparation de l’injustice dans la gestion des pouvoirs de l’Etat.

Notre engagement dans cette révolte tient d’une réalité douloureuse et profonde qui continue de nourrir notre ambition : se donner des moyens pour agir là où ça compte pour le changement et le droit à la citoyenneté.

Le Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) EX-SELEKA avait pris les armes, c’était principalement pour répondre aux préoccupations  de la société qui ne demandaient rien que le changement et la justice sociale. Nous avons mis fin aux régimes tortionnaires et l’histoire est encore fraiche dans notre mémoire collective. 

Nous avons une vision et une ambition pour notre pays la République Centrafricaine et continuerons à combattre toute forme d’exclusion, de marginalisation, de dictature naissante.

Des accords en dépits de celui de Syrtes en Lybie en février 2007 jusqu’à celui de l’accord de paix en Août 2011 n’ont pas été suivis d’effet. Les recommandations fortes et les promesses politiques sont restées lettres mortes.

Le régime Seleka avec à la tête le Président DJOTODIA Michel épris de Paix, devant la Communauté Internationale avait accepté de démissionner pour préserver la Paix et l’unité nationale.

Ainsi dans la déclaration de Ndjamena pour la suite de gestion de pouvoir de Transition, le double équilibre régional et confessionnel devait être respecté. Malheureusement à près le départ du pouvoir du régime Seleka, une tragédie d’extermination des biens meubles et immeubles ainsi que les lieux de cultes des musulmans. Ceci a pris une tournure qu’on qualifie d’Islamophobie. Ce qui a poussé les Communautés du Nord – Est a quitté Bangui et les autres régions du Sud-Ouest du pays. Les quelques poignets qui y restent s’étaient regroupés dans l’enclave de Km 5.

Face à cela une tentative de Partition du pays était envisagée, mais grâce aux engagements Solennels de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) avec l’implication des autorités Tchadiennes au sommet de Ndjamena le 19 Décembre 2015 que le problème de Partition a été renoncé. Malheureusement force est de constater que les nouvelles autorités issues des élections négociées par l’OCI n’ont honoré aucun des engagements de l’OCI.

Au forum de Bangui ainsi que dans la nouvelle constitution de la nouvelle République et aux élections Générales groupées la population du Nord-est aux maux qui minent la société centrafricaine nourri d’espoir qu’elle allait trouver réponse à ses préoccupations, malheureusement.

Depuis son accession à la magistrature suprême, les actes posés au quotidien par le Président Touadera s’inscrivent dans la logique du régime de Bozize chassé du pouvoir. La politique d’exclusion, la démagogie et le népotisme rendent impossible et compromettent inéluctablement les efforts de cohabitation entre les différentes communautés et le vivre ensemble des populations du nord – est, des autres régions du pays.

Pire encore, tous les mouvements dans l’Administration Publique qui se font par le gouvernement de Touadera, tous les cadres musulmans sont au fur et à mesure écartés des postes de responsabilités occupés.

Etant donné que les tentatives de réconciliation entre les deux communautés sont impossibles ; il faut alors trouver un moyen approprié pour calmer les ardeurs et vivre en Paix. Cela permettra de mieux réfléchir

Dans cette optique, le FPRC entend collaborer avec le Pr Faustin Archange TOUADERA, Président de la République Centrafricaine, Chef de l’Etat dans ses actions durant son mandat présidentiel. Dans le cadre du présent protocole d’entente, le FPRC propose ce qui suit:

SUGGESTIONS

 

Sur le plan sécuritaire :

  • La libre circulation et la protection des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire national ;
  • La sécurisation des frontières terrestres ;
  • La protection de mouvement du bétail et la sécurisation des éleveurs transhumants et sédentaires ;
  • La création d’une Armée Républicaine pluri - ethnique.

Sur le plan de développement économique et social :

  • Le drainage des projets de développement dans toutes les régions afin d’absorber le chômage des jeunes ;
  • La construction des forages et aménagement des points d’eau pour un meilleur accès des populations en eau potable ;
  • La construction et la réhabilitation des infrastructures routières, scolaires et sanitaires ;
  • Le retour assisté des déplacés internes, des réfugiés et des exilés dans leurs foyers habituels ;
  • La promotion d’une politique efficiente d’indemnisations des victimes affectées par les conflits armés ;
  • La libération de toutes les personnes présumées coupables de délits politiques
  • La reconstruction de tous les lieux de cultes musulmans.

 

Sur le plan de Gouvernance Inclusive :

1)- La révision de la forme de l’Etat vers un système fédéral ou encore une Décentralisation Autonome,

2)

  • Promouvoir le Poste de Vice – Présidence de la République, (ou Poste du Premier Ministre)
  • La traduction dans un accord politique sincère de la volonté politique du Président de la République avec des orientations précises sous l’égide de la Communauté Internationale avant le DDRR ;
  • La promotion aux postes de responsabilités suivantes :
  • 30% des Postes Ministériels
  • 30% des postes des Corps Diplomatiques et Consulaires
  • 30% des postes de Préfets ;
  • 40% des postes de Sous - Préfets et Secrétaires Généraux des Préfectures, et les Communes ;
  • 30% des postes dans les entreprises et sociétés d’Etat ;
  • 30% pour les recrutements dans l’Armée, la Gendarmerie, la Police, les Eaux et Forêts et la Douane ;
  • 40% d’intégration dans la fonction Publique et les institutions internationales ;
  • 30% des Bourses d’Etudes pour les étudiants marginalisés ;
  • La réhabilitation des militaires radiés abusivement dans leurs fonctions ;
  • Le libre accès à la délivrance des cartes nationales d’identité et passeports sans aucune discrimination ;

 

Fait à Ndélé, le 4 Mars 2017

Le Vice-Président

Gl Nourredine ADAM

Région: